À la une | 3/03/2017

Rendez-vous média : La Fabrique de l'info, le débat

"Moins d’un quart des Français ferait confiance aux journalistes" (1). Ces derniers seraient "coupés de la vraie vie", "sous influence" des politiques (selon 27% des personnes interrogées) et des pouvoirs financiers (selon 28%) (2).

Les journalistes sont aussi critiqués pour leur côté "suiveur" et leur tendance à monter en épingle, à faire le "buzz", sur des sujets polémiques, au détriment d’un travail plus complexe, plus fouillé, permettant de mettre au jour les grands enjeux de notre époque.
Et les citoyens dans tout ça? Qu’attendent-ils des médias? Comment s’informent-ils? Sont-ils prêts à donner les moyens aux journalistes de travailler? Ne sont-ils pas friands aussi d’une info simpliste et vite assimilée? Ont-ils opté pour de nouvelles formes d’information?
La Ville invite des journalistes, des citoyens-reporters, un sociologue et des habitants à venir échanger autour de la question de l’accès à l’information, mais aussi du traitement médiatique, réservé notamment aux villes périphériques. Et dans ce domaine, Saint-Étienne-du-Rouvray et ses habitants peuvent témoigner de leur expérience après l’attentat commis en juillet 2016, ayant coûté la vie au père Hamel. Le débat organisé au Rive Gauche propose de revenir sur cette couverture médiatique, sur ses aspects légitimes comme sur ses dérives. Car entre le surprenant "petit village" décrit par des chaînes d’info en continu comme CNN ou BFM, France 2 et le très caricatural "ghetto islamiste" dépeint par d’autres médias, une grande partie de la presse écrite et audiovisuelle s’est efforcée de relater et d’analyser les faits de juillet dans le respect de l’éthique professionnelle.
Le professionnalisme de ces derniers n'aura cependant pas suffi à restaurer la confiance dans les médias. Le baromètre annuel La Croix-Kantar-Sofres publié en février montre que la confiance des Français dans les médias continue de s’étioler. "Il faut relativiser ces résultats, explique néanmoins Jean-Marie Charon, sociologue des médias invité au débat du 23 mars. Ce recul de confiance s’inscrit après le sursaut de sympathie pour la presse qui a suivi l’attentat de Charlie en 2015."
Pour le spécialiste des médias, le regard critique des citoyens serait même une bonne nouvelle: "Il faut voir le verre à moitié plein. Nous sommes dans une société de plus en plus éduquée. Les attentes des citoyens sont donc plus grandes. Les gens veulent en outre une information utile, comme savoir ce qu’ils peuvent ou non consommer, et, du coup, quand les médias se trompent, ils se sentent mis en danger, ce qui augmente la défiance. Ces deux phénomènes combinés font qu’on a quelque chose qui devient extrêmement sensible." Ce n’est donc qu’en misant sur l’intelligence du citoyen qu’une presse digne de ce nom pourra regagner la confiance du public.

• Seront présents à ce débat:
- Étienne Huver, grand reporter indépendant, prix Albert-Londres TV en 2016 pour un sujet sur les disparus de Syrie.
- Jean-Marie Godard, journaliste, auteur de "La France qui gronde", à paraître le 22 mars 2017, ouvrage issu d’un tour de France réalisé par son auteur qui a fait halte à Saint-Étienne-du-Rouvray.
- Fil Fax média, Gilles Triolier. Une nouvelle équipe arrive à la tête de ce site d’information normand en ligne.
- Jean-Pierre Sageot, photographe stéphanais, agence Signatures.
- Association rouennaise Agenda, Journal Le torchon: "média populaire". "Les grands médias ne nous représentent pas. Nous ne nous reconnaissons pas dans les sujets traités. Nous voulons donner la parole à ceux qui ne l’ont jamais (chômeurs…)."
- Jean-Marie Charon, sociologue spécialisé dans l’étude des médias et du journalisme, ingénieur
d’études au CNRS.
Les participants seront accueillis par le comédien et grand sage indien Fred Tousch autour d’un feu de camp propice à libérer la parole.

• La Fabrique de l'info, le débat, jeudi 23 mars de 20h à 22h, au Rive Gauche. Entrée libre.
Pour tout renseignement, service information et communication au 02.32.95.93.39.

(1) Selon un sondage Ipsos pour le Monde, le CEVIPOF, la Fondation Jean Jaurès et France inter réalisé en janvier 2014.
(2) Selon l'enquête TNS Sofres pour le journal La Croix de janvier 2016,

Picto commentaire ajouter un commentaire

Picto rss s'abonner à ce fil RSS