À la une | 17/03/2017

Unanimité municipale pour la défense du service public

Défense du service public local et amélioration des comptes de la Ville ont marqué ce conseil municipal, jeudi 16 mars. Les élus ont voté à l'unanimité une motion destinée à contrecarrer la menace de fermeture qui pèse sur le bureau de poste de la rue Olivier-Goubert.

«L'avenir incertain du bureau de poste du secteur Lazare-Carnot a été évoqué lors de la dernière commission départementale de présence postale», s'est inquiété le maire Hubert Wulfranc, en ouverture du conseil municipal. «Je vais convoquer le directeur départemental de La Poste afin d'avoir des explications sur une décision que nous n'accepterons en aucun cas».
C'est donc afin de tuer dans l'œuf toute velléité de la Poste de fermer l'un de ses deux bureaux stéphanais, que le conseil a voté à l'unanimité la motion «pour exiger le maintien du bureau de poste Lazare-Carnot et des services qu'il assure».
La décision de supprimer plusieurs bureaux de poste sur le département apparaît en effet d'autant inacceptable aux élus que «le résultat net du groupe la Poste pour l'année 2016 est en hausse de 33,6%, soit 849 millions d'euros […], pointe la motion. Contrairement à ce qui est affirmé, il n'y a donc pas péril en la demeure.»
Les fermetures de bureaux de poste s'inscrivent, selon le maire, dans un contexte de «mépris des administrations publiques ou privées pour les élus et les citoyens, lesquelles administrations convergent vers un même mode de gestion aveugle aux besoins des populations. Et quand ni les usagers ni élus ne peuvent infléchir ne serait-ce qu'un peu les décisions prises par cette technocratie au nom de la rentabilité, on peut comprendre les coups de gueule des citoyens», s'est exclamé Hubert Wulfranc avant de conclure sur le sujet: «les services publics sont démembrés sans écoute du terrain».
Le compte administratif 2016 a été ensuite voté. Cette délibération retrace l'état réel des dépenses et des recettes de la ville pour l'année 2016. Sur un budget prévisionnel de 54,3 millions d'euros, la Ville a ainsi su faire preuve d'économies en ne dépensant que 50,2 millions d'euros pour 52 millions d'euros de recettes, augmentant ainsi de manière significative sa capacité d'auto-financement, s'est félicité Joachim Moyse, le premier adjoint en charge des finances.
«La situation continue de s'améliorer depuis 2014 malgré les baisses des dotations de l'État», a poursuivi l'élu, pointant notamment les efforts consentis sur les dépenses par les services municipaux ainsi que les économies réalisées grâce aux investissements de performance énergétique dans les bâtiments communaux (-14,3% de dépenses de chauffage et -25% de dépenses d'électricité), «c'est le résultat d'une gestion sérieuse et d'orientations politiques qui portent leurs fruits», a explique le premier adjoint.
Parmi les 72 délibérations à l'ordre du jour, les élus ont débattu du Projet d'aménagement et de développement durable (PADD) intercommunal, le document exposant «les orientations générales d'urbanisme et d'aménagement retenues pour le développement futur» de l'ensemble du territoire de la Métropole Rouen Normandie. Portant sur l'ensemble des 71 communes de la métropole, le débat n'a que vocation à «souligner les points de convergence [des différents conseils municipaux] et les questions nécessitant débat».
En l'occurrence, le débat des élus stéphanais aura, cette fois encore, longuement porté sur le contournement Est. «La Métropole décide au-dessus de nos têtes», s'est indignée Michelle Ernis, du groupe «Élus Droits de cité mouvement Ensemble». Philippe Brière, pour le groupe «Élus vraiment à gauche, soutenus par le NPA» a souligné qu'il fallait «combattre [ce projet de contournement Est] totalement».
Autre délibération liée à l'urbanisme, le conseil a voté l'extension du périmètre d'expropriation du secteur Madrillet-Renan relatif au projet de requalification de cette partie de la ville. Le périmètre élargi concerne notamment les parcelles détenues par La Poste et la CPAM, en vue d'une réhabilitation et d'une démolition, «afin de contribuer de manière significative à la consolidation de l'effet de centralité recherché sur le centre Madrillet-Renan», expose la délibération.
Le conseil a en outre accepté le versement, par la Métropole Rouen Normandie, d'une subvention d'un million d'euros pour la reconstruction du stade Célestin-Dubois, afin de «compenser la perte d'usage», dit la délibération, subie par les Stéphanais en raison du projet de transformation du champ de course des Bruyères. «Ce financement, on a été le chercher avec les dents», a déclaré le maire.
Les délibérations du conseil municipal du 16 mars 2017 sont consultables sur notre site internet, ainsi que l'ensemble des délibérations des conseils municipaux depuis 2007.

Picto commentaire ajouter un commentaire

Picto rss s'abonner à ce fil RSS