À la une | 29/08/2017

Rentrée scolaire: le compte est bon?

La rentrée scolaire 2017 est placée sous les auspices des réformes engagées à marche forcée par le ministre de l’Éducation nationale. À Saint-Étienne-du-Rouvray, la Ville maintient la semaine de quatre jours et demi.

Pour cette équation à plusieurs inconnues que constitue souvent une rentrée scolaire, plusieurs informations étaient néanmoins confirmées en juin dernier. D’abord, avec trois ouvertures de poste réparties entre l’école élémentaire Louis-Ampère, l’école maternelle Paul-Langevin et l’école élémentaire Curie 2.
Dans le même temps, cinq dispositifs "plus de maître que de classes" seront déployés sur les écoles élémentaires Joliot-Curie 1 et 2, Victor-Duruy, André-Ampère et Louis-Pergaud. Si, dans un premier temps, l’école Paul-Langevin devait bénéficier elle aussi de la mise en place de ce dispositif, la décision a été prise en juin de le remplacer par un autre dispositif de CP à 15 élèves.
Cette réduction des effectifs pour des établissements situés en réseaux d’éducation prioritaire (REP et en REP+) fait partie des leviers que le ministre souhaite actionner pour accompagner les élèves les plus en difficultés. C’est dans ce cadre aussi qu’une classe de CP sera dédoublée, avec des effectifs à douze élèves à l’école Jean-Macé.
Enfin, la fièvre des rythmes scolaires est remontée à quelques semaines des congés d’été lorsque Jean-Michel Blanquer a annoncé qu’il souhaitait "donner de la liberté aux acteurs locaux" sur ce sujet. "Un débat a eu lieu, il y a trois ans autour de la semaine de quatre jours. Je pense qu’il est indispensable de ne pas changer parce que la stabilité éducative est importante. Nous avons aujourd’hui un millier d’enfants dans les espaces Animalins, précise David Fontaine, adjoint aux affaires scolaires. Les réformes de l’Éducation nationale ne fonctionnent que si l’on prend d’abord et avant tout en compte l’intérêt de l’enfant. En outre, je trouve cette décision démagogique car on recrée de l’inégalité entre les communes et les enfants. C’est une erreur à la fois politique et éducative."
La Ville n’entend donc pas modifier l’organisation du temps scolaire pour la rentrée 2017.

Picto commentaire ajouter un commentaire

Picto rss s'abonner à ce fil RSS