À la une | 31/10/2017

Sorano : «Je pense aussi à la survie des habitants»

Malgré des températures avoisinant les 3°C, la copropriété Robespierre n'a toujours pas de chauffage. Devant le risque d'incendie que pourrait provoquer l'utilisation de moyens de chauffage de fortune dans un immeuble délabré, dépourvu d'équipements de sécurité, le maire a lancé une alerte aux différents «partenaires» susceptibles de débloquer la situation.

«Je ne veux pas que nous vivions un nouveau drame à Saint-Étienne-du-Rouvray du type de celui qu'a connu la ville de Londres récemment», s'est inquiété le maire, Joachim Moyse, devant la situation qu'il a qualifiée d'«extrêmement grave» et que vivent actuellement les centaines d'occupants des six immeubles de la copropriété privée Robespierre.
«Ce n'est non seulement pas vivable mais je pense aussi à la survie des habitants. Le risque, c'est qu'ils utilisent des appareils de chauffage inadaptés. Il y a déjà eu un début d'incendie à cause de ces appareils, il y a quelques années dans cet immeuble. Je peux vous assurer que ça m'empêche de dormir la nuit.»
L'immeuble Sorano de la copropriété Robespierre est particulièrement concerné, compte tenu de son état d'insalubrité. «Des propriétaires non-occupants ont contribué à cette situation en ne payant pas leurs charges, notamment sur l'immeuble Sorano. Je les qualifie de malhonnêtes et de marchands de sommeil. Ils ont contribué à tirer l'ensemble de la copropriété vers un endettement extrêmement lourd et irrévocable, de l'ordre de 1,5 million d'euros.» (lire Le Stéphanais n° 238)
Devant le péril encouru par les habitants, la Ville a pris le 1er septembre un arrêté de «mise en sécurité des équipements communs» qui place l'administrateur judiciaire en charge de la copropriété depuis décembre 2015 dans l'obligation de réaliser les travaux nécessaires à la mise en sécurité des habitants. Faute des moyens financiers nécessaires, les travaux n'ont pas encore été engagés par l'administrateur judiciaire. Ils devraient néanmoins pouvoir commencer d'ici quelques mois.
«J'ai alerté l'ensemble des partenaires qui travaillent sur ce dossier, a ajouté le maire, ce sont la préfecture et les services de l'État, la Métropole Rouen Normandie, ainsi que d'autres partenaires comme l'Agence régionale de santé (ARS), l'Agence nationale de l'habitat (Anah), l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru), le Département, la Région. Je poursuis un travail d'exploration de toutes les voies possibles pour obliger les prestataires de chauffage à faire repartir la saison de chauffe.»
L'un des leviers actionné par la mairie a été une délibération du CCAS qui permettrait de verser à la copropriété la somme 59.000 euros. «Il s'agit du paiement de la dette de chauffage pour la saison 2016-2017, a expliqué le maire. Mais cette somme ne sera versée qu'à condition que les prestataires remettent effectivement le chauffage en route.»
Le maire a enfin indiqué qu'il allait demander à la préfète de prendre un arrêté «concernant un danger ponctuel imminent pour la santé publique». L'objectif est bien de trouver des solutions permettant de financer la saison de chauffe 2017-2018. Sans quoi, a-t-il insisté, l'urgence actuelle ne pourra pas être réglée et continuera de faire peser le risque d'un incendie sur les occupants de l'immeuble. «Tout un chacun doit se sentir responsable de ce qui pourrait arriver», a prévenu le maire.

Réactions

Par W Moi | 07 novembre 2017 à 10:58

-2°C ce matin pouvait-on lire sur les thermomètres!! Qu'attendez-vous pour agir?? Nous sommes dans des logements glaciaux. Venez donc passer une nuit ici, peut-être que vous comprendrez la situation et bougerez plus vite les choses!! Attendez-vous peut-être réellement un incendie dans une des barres d'immeubles pour vraiment bouger chaque service??

Par Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray Webmaster | 07 novembre 2017 à 15:43

M. le maire est tout à fait conscient de la situation particulièrement délicate, inconfortable, voire dangereuse que vivent les habitants de la copropriété Robespierre, privés de chauffage, alors même que les températures sont très basses.
C'est la raison pour laquelle, face à l'absence de solution trouvée par les différentes parties concernées par ce dossier, Joachim Moyse a tenu à tirer la sonnette d'alarme la semaine dernière, invitant tout à la fois l'administrateur judiciaire en charge de cette copropriété privée rongée par les dettes, les sociétés concernées par la fourniture de chauffage, la Métropole, la préfecture... à s'associer pour que les conditions soient enfin réunies pour remettre en route le chauffage.
De son côté, la Ville est prête à faire un effort financier conséquent, mais elle ne peut être la seule à s'investir dans ce dossier complexe.
Pour votre information, une nouvelle réunion concernant la copropriété aura lieu ce mardi en fin de journée à l'initiative de la Ville et un rendez-vous est fixé demain en préfecture.
La Ville tente de tout mettre en œuvre pour qu'une issue positive très rapide soit trouvée.

Par Moi W | 08 novembre 2017 à 18:57

Un accord a été trouvé. Alors pourquoi ns n'avons pas le chauffage dès ce soir?
Nous avons des infos au compte goutte qui viennent même pas de la mairie, le maire fuit il ses responsabilités face aux habitants qui sont dans cette situation? Je pense qu'en nous disant que l'accord a été trouvé, les médias et les responsables cherchent juste a ce qu'on accepte et qu'on se taise en pensant que vous vous en occupiez ...

Par Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray Webmaster - | 08 novembre 2017 à 19:53

Votre frustration et votre colère sont bien compréhensibles.
Le maire ne fuit absolument pas ses responsabilités, au contraire c’est bien la Ville qui tente depuis des semaines de trouver une solution et qui met une pression forte depuis près d’une semaine sur l’ensemble des parties impliquées dans ce dossier pour qu’enfin le chauffage soit remis en route, dans cette copropriété de logements privés (et non publics). D’ailleurs, une responsable municipale est venue apporter directement ce matin les informations dont elle disposait à des habitants à la Maison du citoyen. Mais vous comprendrez que la Ville soit extrêmement prudente et s'assure que toutes les conditions sont bien réunies avant de faire des annonces publiques.
Alors effectivement ce mercredi soir, une solution est trouvée pour que le fournisseur de chauffage rouvre les vannes. Cette solution implique la prise d’un arrêté et doit respecter un certain formalisme administratif. La Ville peut toutefois vous assurer que le chauffage sera de nouveau en fonction dès ce jeudi, vendredi au plus tard.
De plus amples informations seront données très rapidement.

Picto commentaire ajouter un commentaire

Picto rss s'abonner à ce fil RSS