Logo rubrique éco citoyen

Chère voiture

Julia Poulain, chargée de mission agenda 21 à la Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray, propose une série de chroniques durables pour s'informer et changer de comportement. À consommer sans modération…

Heure de pointe, rond-point des Vaches… File de droite, je veux me rendre à la mairie de Saint-Étienne-du-Rouvray. Sur ma gauche, un poids lourd. Sur le rond-point, une vingtaine de voitures engagées… panique au volant !

Il fait froid et mon chauffage tourne à plein. Je me prends de plein fouet tous les gaz d’échappement… Après de longues minutes, j’arrive enfin à destination. Je respire mieux.

Avec ce temps beau mais froid, je suis sûre que la qualité de l’air sur l’agglomération ne doit pas être très bonne. Je regarde sur le site d’Air normand pour connaître l’indice de la journée. Ce site recense la qualité de l’air à différents endroits de la Région Haute-Normandie. Une station fixe est située au centre hospitalier du Rouvray, mesurant ainsi la qualité de l’air sur Saint-Étienne-du-Rouvray. En cas d’alerte de ce réseau, l’info est d'ailleurs relayée sur notre site municipal. Il est expliqué sur le site que les rejets polluants émanant des voitures représentent un tiers de la pollution atmosphérique globale. Les grandes villes sont fréquemment touchées par des pics de pollution. Par temps froid et sec et par fortes chaleurs, les rejets polluants émis dans l’atmosphère par un trafic routier dense stagnent. Ces polluants peuvent provoquer, principalement chez les personnes sensibles et chez les jeunes enfants, des irritations des yeux et des voies respiratoires.

Posséder une voiture me permet d’être plus autonome dans mes déplacements, mais cette autonomie, en plus d’être polluante, coûte cher. Nous estimons souvent le coût de notre véhicule par rapport au prix de l’essence (environ 1 750 €/an), mais nous oublions souvent d’y inclure le prix de l’assurance, de l’entretien, des frais divers, des péages ou encore du crédit en cours… Ce qui peut faire monter le prix à près de 5 000 € par an ! Un vrai gouffre financier !

Il va vraiment falloir que je trouve un moyen de transport plus sécurisant, moins coûteux et moins polluant que ma voiture pour me déplacer quotidiennement. J’ai trop de kilomètres pour envisager de venir au travail à pied, et traverser le rond-point des Vaches à vélo me paraît quelque peu dangereux !

Je me rends sur le site de la TCAR pour connaître les offres de transports en commun sur la ville. Saint-Étienne-du-Rouvray dispose d’un réseau de transport assez diversifié. En plus du métro, qui relie le haut de la ville au centre de Rouen, onze lignes de bus régulières et scolaires desservent la ville. Plusieurs d’entre elles disposent d’un arrêt devant mon lieu de travail. La proximité avec la gare pourrait également être une solution. Cependant, il faut que les horaires des trains soient compatibles avec les miens. Et là il reste des progrès à faire…

Au détour d’un article, je lis que l’employeur a obligation de prendre en charge une partie du prix des titres d’abonnement (TCAR, SNCF, Vélos) souscrits par les salariés qui prennent les transports en commun pour se rendre sur leur lieu de travail. La prise en charge est égale à 50 % du coût des titres achetés par les salariés. Ce qui n’est pas rien ! Cliquez là pour voir.

Après de nouvelles recherches, je découvre que les départements de la Seine-Maritime et de l’Eure ont ouvert une centrale de covoiturage en commun. Le site covoiturage 76 permet de chercher des chauffeurs ou des accompagnateurs près de chez nous.

Ces moyens de transport permettent de réduire les frais tout en diminuant l’impact sur l’environnement. Il ne me reste plus qu’à faire un choix. Mais je pense que ma voiture ne me manquera pas !