La Ville sur les bancs de l'école

 

Si l'enseignement relève d'abord de l'Éducation nationale en matière de programmes et de personnels enseignants, les collectivités locales sont, de plus en plus, mises à contribution. Les collèges sont gérés par les départements ; les lycées et leur personnel technique par les régions ; les communes prennent traditionnellement en charge les dépenses liées aux locaux (construction et entretien) et aux fournitures des écoles maternelles et élémentaires. La Ville rémunère et gère les carrières des agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (Atsem), indispensables au bon fonctionnement des établissements. Enfin, la Ville, via la Caisse des écoles, prend en charge la restauration scolaire.

La Ville accorde aussi son soutien aux projets pédagogiques des classes, qu'elle subventionne. Au même titre qu'elle favorise la natation scolaire ou l'accès à la culture en ouvrant largement les portes de ses bibliothèques et son centre culturel Le Rive Gauche, grâce à une programmation jeune public adaptée aux scolaires et des artistes qui n'hésitent pas à entrer en contact avec les élèves. Et, en 2011, la Ville a passé convention avec l'Education nationale pour créer une classe à horaires aménagés danse (Chad) ouverte à l'école élémentaire Joliot-Curie. Plus globalement, la Ville développe un projet éducatif local pour bâtir avec ses partenaires une politique forte et cohérente dans ce domaine

Ces efforts ne sont pas vains, même si la collectivité n'oublie jamais de rappeler à l'État ses missions et son obligation de moyens, en particulier en zone d'éducation prioritaire. Là où tous les moyens doivent être mis en œuvre pour que l'école demeure un lieu de réussite pour tous.