Deux mille ans d'histoire stéphanaise

Les banlieues sont souvent considérées comme des villes à histoires, mais sans histoire... Idée reçue que le seul nom de Saint-Étienne-du-Rouvray bat en brèche en résumant plus de 2 000 ans d'histoire : il associe Saint-Étienne (titulature de l'église) et la forêt du Rouvray, forêt de chênes rouvres, qui la borde au Sud sur 2 300 hectares.

L'histoire de la ville commence au néolithique et porte trace des grands événements historiques : invasions vikings, développement et puissance des abbayes au Moyen Age, installation d'une société agricole et rurale remise en cause par la révolution industrielle accompagnée de l'urbanisation.

Au fil des ans et des transformations, des arrivées de population, la ville s'est forgée une histoire et une mémoire, dont certains lieux portent encore témoignage : église, anciennes fermes, habitat ouvrier, maisons suédoises, logements du Château Blanc issus de l'urbanisme des trente glorieuses... Cette mémoire est également inscrite au fronton de certains bâtiments publics dont les noms rendent hommage aux personnalités qui ont marqué la vie locale : Marcel Porzou, mort en déportation, donne son nom à la piscine. Georges Déziré, résistant, fusillé suite à une tragique erreur par ses camarades de combat, dont la réhabilitation est passée par la dénomination de l'espace qui accueille centre socioculturel, bibliothèque et conservatoire de musique et de danse à rayonnemnent communal.