Une importance centrale

 

Au centre géographique de la commune, le quartier Thorez-Langevin a pris ces dernières années toute son importance. Les opérations de renouvellement urbain et la construction voisine des Cateliers en font un peu plus encore le trait d'union entre le haut et le bas de la ville.

À l'origine, cité de 176 logements, propriété du Foyer Stéphanais, Thorez-Langevin s'est profondément transformé avec, pour commencer, la démolition de 92 logements menée entre 2002 et 2005. La démolition de deux immeubles Goélands et Piaf suivie de celle de l'ancienne résidence pour personnes âgées a donné lieu à la reconstruction sur le quartier de 50 logements par le Foyer Stéphanais. En outre, les 84 logements conservés ont été réhabilités, avec un programme de résidentialisation. La dernière tranche de reconstruction comprend 15 maisons de ville. Elle s'est achevée en juillet 2006.

En parallèle, d'importants travaux d'aménagements ont été menés, en particulier celui de la place Georges-Brassens pour affirmer son caractère de centralité et remettre en évidence l'important travail du centre socioculturel du même nom. Il faut noter également le réaménagement des rues et la création d'une nouvelle trame de voies qui permettent de désenclaver le quartier et de le relier à son voisin des Cateliers. Comme ce dernier, Thorez-Langevin va bénéficier de la ligne de bus lancée au 1er janvier 2007 et du réaménagement de la rue Julian-Grimau, qui borde le quartier avec la création d'une piste piétons-cycles.