Jean-Macé et Felling changent de fond en comble


Le quartier Jean-Macé est sans doute celui qui connaît les plus profondes transformations dans le cadre des opérations de renouvellement urbain. Il s’agit ici de dé densifier les constructions avec l’implantation de logements individuels et d’apporter de la mixité sociale grâce à un programme de logements privés.

La démolition de 7 immeubles soit 391 logements se déroule en trois tranches : après la première phase en 2004 (sur les immeubles Colette, Rolland et Daudet), a été engagée en 2007 la démolition de Rimbaud, Malot et Rostand-Ouest. La 3e tranche concerne Erckmann-Chatrian.

Les logements démolis laissent place à 196 nouveaux logements individuels et petits collectifs construits sur place par Logiseine et la Foncière Logement. Les rues sont également redessinées pour desservir ces nouvelles habitations. D'autres logements sont reconstruits à l'extérieur du quartier afin de retrouver le nombre initial de logements puisque l'engagement de la Ville est de réaliser du 1 pour 1, à savoir une reconstruction pour une démolition. Des constructions réalisées sur le nouveau quartier des Cateliers, sur le secteur voisin de Wallon, notamment via la Résidence évolutive, mais aussi sur Felling.

La première tranche de logements reconstruits est livrée fin 2007, la deuxième tranche, fin 2008, la troisième fin 2011. Ce programme est complété par 108 démolitions supplémentaires, compensées par 156 logements reconstruits sur place par Logiseine en 2012. L'ultime démolition, celle de l'immeuble Courteline début 2013 permet d'engager la dernière tranche de reconstructions.

L'avenue de Felling redessinée

En parallèle, d’importants travaux ont permis de transformer totalement, passée d'une 4 voies en une voie urbaine au parcours redessiné, bordée de larges trottoirs et d’une piste cyclable.

Depuis 2009, les riverains disposeront d'une rue dont la largeur est ramenée à 6 mètres et à 2 X 1 voies avec de larges trottoirs protégés par des haies et la création d’une bande cyclable. S’y ajoute la remise à niveau de l’ensemble avec la suppression du pont au-dessus de l’avenue Maryse-Bastié. En parallèle, la Ville a procèdé à la réfection des trottoirs de l’avenue Maryse Bastié, à la création d’une voie d’accès à la rue Georges-Bizet depuis le périphérique Saint-Just et à l’ouverture de la rue Gabriel vers la rue Bizet.
Ainsi, entre la reconstruction de logements individuels sociaux et privés, l’implantation du siège de la Ligue de football de Normandie, la création de logements étudiants, d'un lotissement et de maisons de ville, le quartier affirme sa vocation de nouvelle entrée de ville.