À la une | 8/05/2013

8 mai : les Stéphanais cultivent la mémoire

De nombreux Stéphanais ont tenu à s'associer ce mercredi 8 mai, au 68e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale et à la victoire sur le fascisme et le nazisme.

Réunis place de La Libération devant l'Hôtel de ville, habitants et représentants du monde associatif étaient aux côtés des élus et des anciens combattants pour cette cérémonie du souvenir. Après le dépôt des gerbes et la sonnerie aux morts, Claude Maréchal – président du comité Saint-Étienne-du-Rouvray de la Fédération nationale des anciens combattants en Algérie, Maroc et Tunisie (Fnaca) a lu à l'assemblée, le message du ministre délégué aux Anciens combattants, rendant notamment hommage à l'armée des ombres que constituaient les Résistantes et Résistants au nazisme. Le ministre a également rappelé le 50e anniversaire du traité de l'Élysée entre la France et l'Allemagne, véritable "ciment de la paix en Europe".
Puis le maire et conseiller général, Hubert Wulfranc a pris la parole en saluant la présence de quelques parents venus avec leurs enfants pour "proroger la mémoire de ce que fut la Seconde Guerre mondiale". "Le 8 mai 1945 marque la fin d'une des périodes les plus sombres de l'humanité, a souligné le maire. Et notre cité restera attachée à célébrer les résistants de la lutte clandestine, pour toujours tirer les leçons du combat de ces hommes et de ces femmes qui ont su se dresser contre l'inhumain."
Hubert Wulfranc a profité de cette cérémonie pour rendre aussi hommage à Stéphane Hessel qui s'est éteint en février dernier. Avec "Indignez-vous", son fameux ouvrage publié en 2010, cette grande figure de la Résistance donnait une place de tout premier temps au texte du Conseil national de la Résistance. "Un texte simple et limpide qui préconisait dès les premiers jours de la Paix de mettre en place de nouveaux droits sociaux et économiques: sécurité sociale, liberté de la presse, création des comités d'entreprise, a insisté le maire dans son allocution. En reprenant ce texte, Stéphane Hessel a rappelé aux jeunes que cette vieille histoire est toujours actuelle et correspond à leurs attentes d'aujourd'hui… C'est dans cet esprit du Conseil national de la Résistance que nous souhaitons placer notre cérémonie, pour toujours se souvenir de placer l'intérêt général avant les intérêts particuliers. Ensemble, nous pouvons réfléchir à la construction d'une vie meilleure, avec l'espoir de "jours heureux". Hier comme aujourd'hui, le fascisme et le nazisme sont des attentats à la vie et hier comme aujourd'hui, l'action et la mémoire doivent se conjuguer pour y résister."
Ensuite, les participants ont pu entendre la très belle œuvre, écrite par Bertold Brecht et Kurt Weil après la Première Guerre mondiale : Le Requiem berlinois, interprété par Le Chœur d'hommes de Rouen et l'orchestre à vents du conservatoire de musique et de danse de Saint-Étienne-du-Rouvray. Une représentation chaleureusement applaudie par l'assistance, visiblement touchée au cœur.

Picto commentaire ajouter un commentaire

Picto rss s'abonner à ce fil RSS