À la une | 11/11/2013

Commémorations du 11 novembre : un message de paix d'actualité

De nombreux Stéphanaises et Stéphanais ont assisté aux commémorations de l'Armistice du 11 novembre 1918 qui marque la victoire des Alliés et la fin d'un conflit qui a embrasé le monde.

En ce XXe siècle naissant, plus de 18 millions de personnes ont trouvé la mort, dont 1.350.000 soldats français. Ce lundi, parmi la foule présente place de La Libération pour honorer la mémoire des victimes, cet habitant venu avec un carnet ayant appartenu à son aïeul et s'intitulant "conseils au soldat pour sa santé" ou cet autre dont le grand-père, installé à Elbeuf, s'était retrouvé à combattre notamment sur le front serbe.
"C'est d'abord un hommage personnel à des millions d'hommes et de femmes vers lesquels nous sommes invités à tourner nos mémoires, à l'aube du centième anniversaire du début cette guerre, a d'emblée tenu à souligner le maire Hubert Wulfranc. À chacun d'entre nous de fouiller la vie de nos grands-parents. Nous avons tous dans nos familles, un grand-père meurtri dans sa chair par cette guerre. Le mien fut gazé et tomba au front, comme le vôtre peut-être. Cette année commémorative nous renvoie, chacun, à cette mémoire personnelle. Mais cela nous renvoie aussi à une mémoire collective. En ce début de XXe siècle, des pays engageaient leurs peuples dans la plus grande tuerie de ce siècle, avant d'en connaître une autre… Aujourd'hui, nous portons un message de paix. Ce message est profondément politique, il renvoie à l'amitié et à la fraternité entre les peuples. Ne cédons pas sur ces valeurs !"
Pour clore son allocution, le maire a invité chacun à se "tourner rapidement et utilement vers la jeunesse, avec détermination. Car la paix n'est jamais gagnée pour toujours".
Avant cela, Claude Maréchal – président du comité Saint-Étienne-du-Rouvray de la Fédération nationale des anciens combattants en Algérie, Maroc et Tunisie (Fnaca), a lu le message de Kader Arif, ministre délégué chargé des Anciens combattants. Un discours rappelant que désormais la Grande Guerre "était passée de la mémoire à l'Histoire" et qui insistait également sur l'importance de "la transmission de cette mémoire à la jeunesse".
La cérémonie s'est achevée avec un concert donné par des élèves et enseignants du conservatoire de la Ville et par le partage d'un verre de l'amitié.

Picto commentaire ajouter un commentaire

Picto rss s'abonner à ce fil RSS