À la une | 9/02/2015

Facteurs d’avenir ?

Une pétition des facteurs, soutenue par la CGT, dénonce le projet de déménagement du bureau de poste du Madrillet et des problèmes récurrents de distribution du courrier.

C’est sous la formule "Facteur d’avenir" que la direction nationale réorganise les tournées et les missions des facteurs. Une réorganisation invoquée pour parer à une baisse de 6 à 7% chaque année, selon la direction du courrier Haute-Normandie, mais qui n’a pas empêché que seize tournées réparties sur dix quartiers stéphanais n’aient pas été distribuées, entre le 26 décembre et le 3 janvier. "Nous sommes trop serrés en personnels", déplore un facteur syndiqué à la CGT. "Nous avons dû faire face à des absences inopinées en période de congés, se défend la direction régionale. L’engagement de La Poste est de ne jamais laisser une tournée non distribuée deux jours de suite, nous nous y sommes tenus."
Au manque de facteurs, s’ajoutent des temps de distribution qui "débordent" ceux évalués par la direction. "La direction minimise les durées et fixe des objectifs non réalisables", proteste le représentant syndical. "Les temps sont calculés à l’échelon national", botte en touche la direction régionale… Ces durées de distribution recalculées servent d’argument à La Poste pour rallonger les tournées. Cela s’appelle la "sécabilité", un principe qui consiste à répartir une tournée entre différents facteurs. Au final, il y a moins de facteurs que de tournées… "Qu’on ait trois ou une seule lettre à mettre dans la boîte, le geste reste le même", plaide pourtant le facteur, avant de conclure: "Nous savons que les futures tournées seront ingérables". Le facteur d’avenir a du souci à se faire…

Picto commentaire ajouter un commentaire

Picto rss s'abonner à ce fil RSS