À la une | 13/02/2015

Handicap: rêve en accès libre

Trois associations ont réalisé un court-métrage décalé dans l’espoir de relancer le débat de l’accessibilité pour les personnes handicapées.

Dans un monde idéal, les personnes handicapées seraient regardées pour ce qu'elles sont et non pour leur différence, l’accessibilité aux lieux publics ne serait pas une contrainte mais un choix de vie en société…
En attendant que ce beau rêve devienne réalité, l’Association du centre social de La Houssière, la compagnie de la Pleine Lune et l’association Culture et nature ont décidé d’apporter leur contribution en réalisant un court-métrage qui bouscule les esprits et les codes. "Nous souhaitions traiter le sujet du handicap de manière décalée et surtout avec de l’humour parce que les approches moralisatrices et bien-pensantes ne sont pas forcément les plus efficaces pour faire passer le bon message", explique Martin-James Vanasse, le directeur artistique de la compagnie Pleine Lune.
"Sans trop risquer de gâcher le plaisir de découvrir la chute du film, on peut quand même dire que nous avons choisi de mettre en scène des personnes handicapées dans une situation assez inattendue et pour le moins percutante." En effet, quand des braqueurs décident d’investir une banque en fauteuil roulant, les obstacles ne sont pas forcément ceux auxquels on peut s’attendre.
Pour préserver cette ambition de liberté sur le fond et sur la forme, il a fallu passer par un auto-financement, mais sans jamais rogner sur la qualité du film. "Chacun a ramené son matériel pour les prises de vue et pour le son. Nous avons pu ainsi rassembler une équipe de professionnels et d’amateurs ultra-motivés et ça se ressent aussi bien dans la qualité de l’image, du scénario et du jeu", explique Guillaume Machado qui a piloté le tournage au sein de l’ACSH. Au générique, Gilles Sorin n’a pas de mention spéciale même s’il est le seul acteur handicapé du film. "Je trouve l’approche de Martin-James Vanasse culottée mais après tout c’est peut-être la meilleure manière de sortir de la rengaine des vœux pieux. L’essentiel reste de faire sauter une bonne fois pour toutes les barrières entre les handis et les valides… quelle que soit la méthode."

> Voir le film "La roue tourne"

Picto commentaire ajouter un commentaire

Picto rss s'abonner à ce fil RSS