À la une | 3/03/2015

Politique de la ville: priorité aux citoyens

L’État vient d’ouvrir un nouveau chapitre de sa politique de la ville en désignant 1300 quartiers prioritaires. Afin d’améliorer le cadre de vie et la cohésion sociale de ces quartiers, les habitants ont été invités à s’investir au sein de conseils citoyens. Trois ont vu le jour à Saint-Étienne-du-Rouvray.

Le 3 février, ils étaient des pionniers. Les 26 habitants volontaires et acteurs de terrain du conseil citoyen du Château blanc ont été les premiers du pays (selon la préfecture) à se réunir, comme l’exigent les nouvelles règles de la politique de la ville, suivis de près par ceux des quartiers Thorez-Grimau et Hartmann-La Houssière. Désormais, l’État mise pleinement sur la participation citoyenne pour tenter de faire bouger les lignes dans les quartiers où les habitants subissent le plus d’inégalités.
Depuis quarante ans maintenant, les gouvernements successifs mettent en œuvre de grands plans censés redynamiser les secteurs urbains cumulant les difficultés. Afin d’y voir plus clair, une infographie animée retrace les phases successives de la politique de la ville à Saint-Étienne-du-Rouvray. Depuis les années 1970 jusqu’à la loi du 21 février 2014, précisant les contours d’une nouvelle "géographie prioritaire", l’animation déroule pourquoi et comment l’État a choisi de recentrer ses moyens sur 1300 quartiers en France et 7280 Stéphanais.
La politique de la ville n’est toutefois pas une nouveauté sur la commune. Des actions visant à lutter contre les inégalités sociales sont engagées depuis des décennies, même si, "malgré les efforts, les quartiers sont toujours dans le rouge, regrette le maire Hubert Wulfranc, voire les indicateurs ont parfois viré à l’écarlate".
Plus qu’ailleurs dans la métropole, les quartiers prioritaires stéphanais continuent de cumuler les difficultés sociales. "Les choses se stabilisent là où nous pouvions agir mais il reste beaucoup à faire", pointe Marie-Pierre Rodriguez, responsable du développement social à la Ville.
La non-réduction des inégalités n’est cependant pas spécifique à Saint-Étienne-du-Rouvray. Elle pourrait être imputable à des phénomènes plus globaux, liés notamment au non-respect par certaines Villes de la loi qui impose 20% de logements sociaux. Ces dernières se déchargeant des questions de solidarité sur les autres, souvent moins riches…
Malgré cela, pointe Driss Lakouadsi, membre du conseil citoyen du Château blanc et vice-président de l’association de soutien scolaire La Passerelle, "beaucoup de choses ont changé en bien dans le quartier". Comme lui, Badra Belmiloud, représentante de parents d’élève et membre du même conseil, attend beaucoup de cette co-construction. "Ça donne des résultats quand les citoyens prennent les choses en main, se réjouit-elle. Les élus ne voient pas tout."
Il faudra cependant attendre 2016 pour que les conseils citoyens entrent pleinement en action, prévient Marie-Pierre Rodriguez. "2015 sera une année de transition. Les conseils vont découvrir les différents acteurs et dispositifs de la politique de la ville et il faudra attendre la signature du contrat de ville, peu avant l’été, pour entrer dans le vif du sujet."

> Voir l'infographie animée

Picto commentaire ajouter un commentaire

Picto rss s'abonner à ce fil RSS