À la une | 24/03/2018

Inauguration de la bibliothèque Aragon : “la culture comme arme de résistance”

Inauguration bibliothèque Aragon

En musique et sous le signe de la jeunesse, c’est dans cet esprit, et après un an de travaux, qu’a été inaugurée ce samedi la bibliothèque Louis-Aragon, dotée désormais d’un espace multimédia, d’une salle d’animation partagée et d’un jardin de lecture pour les beaux jours.

En guise de trait d’union avec un autre équipement public phare du quartier, la journée a démarré par une déambulation depuis l’école André-Ampère, ponctuée de brèves lectures par des enfants, et menée par une fanfare du conservatoire de musique et de danse.
Une inauguration joyeuse et festive, même si bien sûr le nouvel attentat perpétré vendredi près de Carcassonne est venu jeter un voile de tristesse sur la cérémonie. “Vous connaissez l’histoire stéphanaise, a lancé aux personnes rassemblées le maire Joachim Moyse… Avec Hubert Wulfranc, nous souhaitions être les derniers à pleurer… Il est temps que la République, les communes... se dotent des moyens pour faire face à cette barbarie. Ainsi, il me paraît nécessaire de conforter et de développer les outils de lutte contre l’obscurantisme, le fanatisme et le fondamentalisme. Et en France, comme à Saint-Étienne-du-Rouvray, l’un des outils les plus forts pour cela, c’est la culture.”
De son côté, la sous-préfète Houda Vernhet, après avoir exprimé combien il était plaisant “de voir une telle jeunesse pour une inauguration de bibliothèque”, a elle aussi souligné la place prépondérante que doit jouer la culture… qui permet de “restaurer le lien social, de dynamiser la vie associative, de lutter contre l’exclusion sociale de certains groupes de la population… et de reconstruire des identités individuelles et associatives”. Dans ces conditions, la sous-préfète a assuré que “l’État, avec les autres partenaires financiers, n’avait pu qu’encourager ce projet qui s’inscrit dans la continuité de la volonté de la Ville de développer l’offre et la proximité des services et des équipements publics”.
Il est vrai que l’engagement de la Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray pour une culture à la fois populaire et ambitieuse, toujours émancipatrice, est ancien. Ainsi dans son propos, le maire a fait référence à la “bataille du livre” menée au début des années 1950, et qui localement a été à l’origine de la création de la bibliothèque Elsa-Triolet, puis de Georges-Déziré et Louis-Aragon il y a trente-sept ans. Un esprit que le maire a souhaité illustrer par une parole du poète Aragon : “Tout ce qui sert la culture sert l’humanité dans sa marche ascendante”.
Une fois le temps inaugural officiel terminé, les habitants ont eu tout le loisir de découvrir leur nouvelle structure culturelle et notamment une exposition illustrant de manière colorée et un brin décalée les différents usages à l’œuvre dans une bibliothèque. Il paraît qu’on n’y vient plus depuis longtemps uniquement pour lire, mais pour “se faire des films”, “découvrir des trésors”, “faire son marché”, “s’en mettre plein les oreilles” ou même “buller”…
Durant l’après-midi et sous un soleil réconfortant, les habitants des quartiers Hartmann-La Houssière ont prolongé le plaisir d’être ensemble lors de la Fête du sud, co-organisée par l'Association du centre social de La Houssière et la Ville, au cours de laquelle de nombreuses animations ont eu lieu.

> Informations pratiques concernant les bibliothèques stéphanaises.

Picto commentaire ajouter un commentaire

Picto rss s'abonner à ce fil RSS