À la une | 29/03/2018

Campus du Madrillet: «Faire un territoire d'attractivité»

Vendredi 23 mars, Philippe Eudeline, président de l'association Campus sciences ingénierie Rouen Normandie, Hervé Morin, président de la région Normandie et Frédéric Sanchez, président de la Métropole Rouen Normandie, ont présenté le «Plan campus» pour le Madrillet.

Devant un parterre d'étudiants, d'enseignants et de journalistes venus assister à cette rencontre dans l'amphithéâtre Germaine-Tillon de l'Insa, les trois représentants ont dévoilé quelques-uns des grands axes de ce plan qui devrait se construire tout au long de l'année 2018.
Une intention déjà dévoilée l'an passé (Le Stéphanais N°242) et qui devrait s’affiner au fil du temps. Premier à intervenir, Philippe Eudeline a rappelé «l'importance qu'il y a à bâtir un territoire d'attractivité au niveau de la Normandie. Pour atteindre nos objectifs, nous avons constitué une association qui puisse réunir tous les partenaires concernés afin de fédérer les actions et qu'elles ne soient plus individuelles. Nous vivons dans l'idée d'un campus partagé par tous les acteurs: laboratoires, écoles d’enseignements, entreprises… et nous n'oublions pas, bien sûr, les habitants qui vivent sur le territoire de Saint-Étienne-du-Rouvray et qui doivent s'approprier eux aussi ce projet.»
Philippe Eudeline a par ailleurs rappelé l'arrivée imminente de l'école d'ingénieur du Cési et du CFA Lanfry sur le campus du Madrillet, évoquant en outre la possibilité que d'autres écoles les rejoignent dans les années à venir.
Parmi les autres projets présentés, les trois présidents ont évoqué la restructuration et le regroupement des bibliothèques universitaires actuelles pour en faire un pôle partagé, ainsi que la réorganisation des services de restauration du Crous, la création d'espaces sportifs ou encore le développement de la vie culturelle du campus.
Les développements d'espaces de co-working permettant les échanges entre étudiants, laboratoires et entrepreneurs ainsi que l'implantation de Normandie Valorisation (dispositif expérimental et innovant de valorisation, agissant en délégation pour les structures d’enseignement supérieur en matière de transfert de technologies et d’avancées scientifiques de la recherche vers la sphère socio-économique) et Normandie Incubation (incubateur normand de startups qui accompagne les projets innovants sur les sites universitaires de Caen, Rouen et Le Havre) sont également à l'étude.
À l'horizon 2020, l'association Campus sciences ingénierie Rouen Normandie espère accueillir quelque 8.000 étudiants contre 5.000 aujourd'hui. Une ambition de développement pointée comme une priorité par Frédéric Sanchez, lequel a rappelé les innovations en terme de déplacements qui devraient notamment se déployer sur le site dans les mois et années à venir (implantation de voitures autonomes, création de la ligne T4…).
Hervé Morin a pour sa part rappelé avoir signalé dès son arrivée à la présidence de la Région les «faiblesses des campus normands, et son ambition de bâtir deux campus de standard international [le second étant envisagé sur Caen, ndlr]».
Interrogés sur la question des moyens, les partenaires reconnaissent que ce dernier point est une priorité absolue qui n'a toutefois pas encore été précisément chiffrée, la majorité des projets étant encore à l'état de réflexion.
Hérvé Morin a lui aussi rappelé l'aspect collaboratif de cette recherche de financements et a affirmé: «S'il le faut, je préfère financer le campus que des routes!». Faut-il y voir une allusion au contournement Est?
Frédéric Sanchez s'est quant à lui montré optimiste et a rappelé la qualité des partenaires impliqués – sans oublier la Ville – en déclarant: «Mon message est simple: ayez de l'ambition et nous serons là, avec vous, à Saint-Étienne-du-Rouvray.»

Photo: Jean-Pierre Sageot

Picto commentaire ajouter un commentaire

Picto rss s'abonner à ce fil RSS