À la une | 21/06/2018

Coup d'œil sur la caméra

Les policiers municipaux stéphanais seront-ils bientôt et définitivement équipés de caméras individuelles, dites caméras-piétons? La question demeure en suspens.

Une phase d'expérimentation nationale s'est déroulée entre janvier 2017 et le 3 juin dernier à laquelle la Ville a souhaité participer. Les conditions d'usages étaient claires. Fixé de manière visible sur la poitrine, le dispositif est enclenché par le policier, après en avoir informé son interlocuteur, «sauf si les circonstances l'interdisent», indique la loi.
«Les personnes filmées ne peuvent pas s'y opposer», stipule en outre une note du ministère de l'Intérieur.
«C'est un dispositif qui permet de faire baisser les tensions», explique Méziane Khaldi, le chef de la police municipale. Les policiers municipaux indiquent quant à eux n'avoir rien changé à leurs habitudes de travail:
«Tant qu'on agit en accord avec la loi, confie l'un d'eux, la présence de caméra ne change rien à notre façon de faire. Quelques personnes nous ont néanmoins interrogés sur leur présence.»
À l'issue de cette phase d'expérimentation, dès le 5 juin, la préfète de la Seine-Maritime a fait savoir aux élus que «dans l'attente de l'examen de la proposition de loi, les agents de la police municipale pourront continuer à porter le dispositif de caméras mobiles sans toutefois qu'il soit possible de procéder à un enregistrement audiovisuel.»
Dans la foulée, le 13 juin, le Sénat a adopté la proposition de loi relative à l'harmonisation de l'utilisation des caméras mobiles par les autorités de service public. Dans l'attente d'un vote et d'une ratification définitive de cette loi, le dispositif demeure d'actualité à Saint-Étienne-du-Rouvray.
Photo: Jérôme Lallier

Picto commentaire ajouter un commentaire

Picto rss s'abonner à ce fil RSS