À la une | 26/07/2018

"Unis dans la paix et l'espoir"

Jeudi 26 juillet, un hommage était rendu au père Jacques Hamel, deux ans après son assassinat en l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray.

Dès 8h30, une cinquantaine de paroissiens et de membres de la famille étaient réunis au presbytère. Guidés par Dominique Lebrun, archevêque de Rouen, les fidèles se sont rendus jusqu'à l'église. Une messe était célébrée en hommage à cet "homme de miséricorde" en présence notamment de Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l'Intérieur, Fabienne Buccio, préfète de Seine-Maritime, du député Hubert Wulfranc et du maire Joachim Moyse. "Jacques Hamel transmettait ce qu'il avait reçu, a insisté l'archevêque de Rouen dans son homélie. Il transmettait l'exemple d'un serviteur fidèle au milieu de sa famille, au milieu de sa paroisse, au milieu de cette ville de Saint-Étienne-du-Rouvray."
Une fois la messe achevée, l'hommage à l'homme d'église assassiné s'est poursuivi avec une cérémonie républicaine pour la paix et la fraternité. Face à la stèle inaugurée un an plus tôt et sur laquelle sont inscrits les 30 articles de la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948, près de 400 personnes étaient rassemblées.
Le maire, le premier, a tenu à rappeler combien cette date du 26 juillet "marquera nos vies et nos mémoires pour toujours". Face à "'intolérance, le fanatisme et la barbarie", Joachim Moyse a opposé la nécessité de "réinterroger notre niveau d'implication dans la mise en œuvre des conditions du bien vivre ensemble". Parmi ces conditions, le premier édile a pointé avant toute chose "l'exigence de paix et de respect de la vie (…) ici en France, comme en Syrie, en Corée, au Soudan, en Palestine et partout dans le monde". Comme pour appuyer davantage encore ses propos, le maire Joachim Moyse a réaffirmé que la stèle "voulue notamment avec Hubert Wulfranc et Roselyne Hamel, sœur de Jacques", était bel et bien destinée à "transmettre à notre jeunesse les valeurs essentielles de l'humanité". L'objectif pour Joachim Moyse demeure donc de "poursuivre le travail éducatif, sans relâche, auprès de tous et notamment auprès des enfants pour comprendre le monde et espérer le changer, pour connaître l'autre et le respecter, pour bien vivre ensemble et s'en réjouir".
Une aspiration reprise à l'unisson par le député Hubert Wulfranc qui a incité chacune des personnes présentes à poursuivre sa réflexion sur les fragilités du monde parmi lesquelles "l'inégalité, le repli identitaire" ou encore"la difficulté d'être en paix avec soi-même et avec sa morale". L'ambition pour le député est qu'à force de lutter contre ces fragilités et ces inégalités, chacun devienne "plus fort qu'avant".
Enfin, au-delà de l'hommage adressé au père Jacques Hamel, la ministre Jacqueline Gourault a indiqué que le combat contre le terrorisme mené par le gouvernement était "un combat pour la sécurité mais aussi un combat pour nos valeurs républicaines".

Picto commentaire ajouter un commentaire

Picto rss s'abonner à ce fil RSS