À la une | 19/10/2018

Conseil municipal: finances et défense des services publics au cœur des échanges

Le conseil municipal du 18 octobre s'est penché, notamment, sur le débat d'orientation budgétaire concernant la commune pour l'année 2019. En plus des 42 points présentés lors de ce conseil, les élus ont tenu à présenter deux motions portant sur la défense des centres d'information et d'orientation (CIO) et sur l'adhésion au collectif SOS gares.

Après une ouverture de séance qui donnait la parole aux différents groupes représentés, le maire, Joachim Moyse, a tenu à présenter une motion demandant aux ministères de l'Éducation nationale et du Travail le maintien des centres d'information et d'orientation (CIO), outils de proximité nécessaires à l'insertion des jeunes notamment. Rappelant que « la Ville bénéficie actuellement du bon partenariat existant entre les professionnels des CIO et (…) du service jeunesse », le texte de cette motion rappelle que le transfert de compétences en matière d'information sur les métiers et les formations aux régions « suscite de profondes inquiétudes chez les professionnels de l'orientation, les élèves et leurs parents, mais aussi parmi les élus et les acteurs sociaux de la Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray ». Le conseil municipal stéphanais note encore que cet éloignement d'un service public de proximité au profit d'initiatives privées « frappera plus particulièrement les élèves des milieux populaires et leurs familles en confiant à eux seuls la responsabilité de leur réussite ».

Par la suite, Joachim Moyse est revenu sur le rapport récemment émis par la chambre régionale des comptes. Le contrôle effectué par cette instance porte sur la période 2013/2016 et l'examen concerne la situation financière, la gestion des ressources humaines et l’exercice des compétences en matière scolaire et périscolaire. Les conclusions ont défini une liste de recommandations et d'obligations à mettre en place par les services de la Ville, préconisations dont le maire a souligné que plus de la moitié d’entre elles sont aujourd’hui réalisées. Lors des prises de parole, les élus des différents groupes ont tenu à rappeler que si les recommandations de la chambre régionale des comptes sont à prendre en considération, elles ne doivent pas mener à la destruction du service public local et de proximité qui agit quotidiennement au bénéfice des usagers. Joachim Moyse a rappelé que le maintien d'un service public local qui agit en régie permet d'avoir affaire à des fonctionnaires qui connaissent les besoins de la population et demeurent au plus près de leurs préoccupations.

Autre point à l'ordre du jour de ce conseil, le débat d'orientation budgétaire dont l'approbation va permettre à la municipalité d'établir son budget pour l'année 2019. Le maire a rappelé un contexte global de baisses de dotations en provenance de l'État. Joachim Moyse a surtout insisté sur le flou qui accompagne la perte des revenus de la taxe d'habitation qui attend les municipalités à partir de l'an prochain, le gouvernement n'ayant pas encore précisé quelles mesures compensatoires étaient envisagées pour les villes. Le maire a ensuite insisté sur les économies déjà mises en place par la collectivité, notamment la maîtrise des dépenses de personnel… et le fait qu'il n'a pas été fait recours à l'emprunt en 2018.
Joachim Moyse a ensuite précisé les grands axes de l'orientation du budget pour 2019, basés autour du développement durable : un axe humain afin que l'offre de service de la Ville soit maintenue et accrue ; un axe environnemental fort visant à la préservation des ressources…

Au cours de la soirée, une seconde motion a présenté le combat du collectif citoyen SOS Gares, avec parole donnée à Hervé Leroy, son secrétaire, qui a dénoncé l'état déplorable des gares de Saint-Étienne-du-Rouvray, Oissel et Sotteville-lès-Rouen, exprimant les plus vives craintes sur le maintien des lignes de proximité telles que celle d'Elbeuf à Yvetot qui dessert la ville. Dans le texte de la motion, les élus déplorent que « l'ouverture à la concurrence (…) accentue la dégradation du réseau et des inégalités territoriales et sociales ». En conclusion de cette intervention, les élus ont réaffirmé leur attachement à l'EPIC SNCF, demandé au gouvernement d'engager des négociations pour la préservation d'un service ferroviaire efficace et proposé leur adhésion à l'association SOS Gares.

Parmi les autres points de ce conseil municipal, il a été acté que la voie nouvellement créée entre l'avenue Jean-Macé et la rue Louis-de-Saint-Just soit nommée rue Olympe-de-Gouges, les élus soulignant le combat de cette femme de lettres du XVIIIe siècle, auteure de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne (engagement qui l'a conduite, entre autres, à la guillotine en 1793).
La voie de desserte nouvellement créée entre la rue des Lys et la rue des Acacias a quant à elle été nommée rue des Magnolias.

Picto commentaire ajouter un commentaire

Picto rss s'abonner à ce fil RSS