À la une | 2/05/2019

My Brazza, une inoubliable leçon d'histoire-géo

Des élèves du collège Louise-Michel ont assisté à un cours d'histoire-géo pas comme les autres, grâce à la complicité buissonnière du Rive Gauche… Les 29 et 30 avril, leur professeur d'un jour était le danseur Florent Mahoukou, venu du Congo-Brazzaville leur raconter « My Brazza », sa ville d'origine, par les mots et par la danse.

Brazzaville, capitale de la France ? L'Afrique, un continent riche, voire très riche, plus riche que l'Europe ? Vivre sans électricité et être heureux, c'est possible ? Les élèves du collège Louise-Michel en sont d'abord restés perplexes les 29 et 30 avril derniers.
Grâce au danseur Florent Mahoukou mis en scène par David Bobée sur un texte de Ronan Chéneau, quatre classes ont compris deux ou trois choses sur l'Afrique en général, et sur Brazzaville en particulier, la capitale de la République du Congo où a grandi le danseur, loin, bien loin des clichés véhiculés en Europe.
Et tout ça, en retournant les tables, en poussant les chaises, en dansant, en crevant le plafond… bref, en faisant à peu près tout ce qu'il est interdit de faire dans une salle de classe, sous peine de se faire renvoyer.
Le texte de Ronan Chéneau dansé et dit par Florent Mahoukou raconte ainsi le parcours de ce dernier depuis Brazzaville, qu'il a fui après avoir échappé à un massacre de rue, jusqu'à Pointe-Noire où la danse l'a sauvé de cette folie qu'on nomme parfois politique…
D'abord un peu intrigués par cette leçon des plus vivantes, les collégiens ont bientôt adhéré à la narration dansée. Et ils en ont retenu, peut-être bien plus facilement qu'après avoir ouvert leur manuel scolaire, qu'effectivement Brazzaville fut bien la capitale de France libre proclamée par le général De Gaulle le 27 octobre 1940 ; qu'effectivement l'Afrique est riche des matières premières que les pays occidentaux continuent de piller avec l'aide de gouvernements africains corrompus et de la banque mondiale ; qu'effectivement, les rues de Brazza sont défoncées, que l'électricité est coupée deux jours sur trois, mais comme l'a dit Florent Mahoukou aux jeunes élèves emportés par la puissance du spectacle : « il y a une incroyable énergie dans cette ville en chantier, en pleine construction, comme vous. »
My Brazza était programmé « hors les murs » par le Rive Gauche en partenariat avec le Centre dramatique national de Normandie Rouen.

Picto commentaire ajouter un commentaire

Picto rss s'abonner à ce fil RSS