À la une | 13/05/2019

Parc des Bruyères : les Stéphanais visitent le chantier

Plus d'une centaine de Stéphanais ont pu visiter samedi 4 mai l'ancien hippodrome des Bruyères actuellement en cours de réaménagement en parc naturel urbain. Les habitants répondaient à l'invitation du maire Joachim Moyse.

Les 28 hectares de l'ancien champ de courses de la rue du Madrillet sont fermés au public depuis près d'un an, date du lancement des travaux destinés à les transformer en « parc naturel urbain » dont l'ouverture est programmée à l'été 2020.
Organisée à la demande du maire par les services de la Métropole en charge de ce projet à 20 millions d'euros, la visite exceptionnelle a permis de se rendre compte de l'étendue des travaux engagés sur ce vaste site aux trois quarts stéphanais.
Si le projet prévoit de « conserver la mémoire du site » notamment en gardant le tracé des anciennes « cordes » où s'élançaient les chevaux du temps de l'hippodrome (entre 1843 et 2001, avec plusieurs interruptions pour cause d'occupations militaires), sa vocation de parc naturel urbain commence d'ores et déjà à se lire dans le paysage : 5 000 arbres ont été plantés, les deux hectares de la grande pelouse ont été semés, la grande serre de la future ferme permacole s'élève au cœur des 3 850 mètres cubes de terres rapportées pour les besoin de cette agriculture qui assure respecter l'homme et l'environnement.
Une « promenade des Callunes », bordée de gradins en pierre blanche, rappellera quant à elle le nom et l'histoire botanique du site. Les « callunes » sont en effet l'espèce de (fausses) bruyères qui avaient colonisé ces 28 hectares après leur déforestation au XVIIIe siècle.
Les Stéphanais ont également appris lors de cette visite que le trottoir bordant le futur parc le long de la rue Madrillet serait bientôt réhabilité et élargi (il est en effet étroit et défoncé par les racines). Le parc bénéficiera au total de huit entrées dont trois principales situées à l'angle des rues du Madrillet et Charles-Péguy (la rue en bordure de la cité Verlaine), rue Charles-Péguy côté avenue des Canadiens, et face au stade Diochon. Plusieurs entrées secondaires seront aménagées rue du Madrillet dans le prolongement de ses rues transversales.
Côté rue Charles-Péguy encore, sera située la « maison du parc » où seront regroupées quatre entités : un café-restaurant ; un point de vente bio et local dont une large part des produits auront été produits dans la ferme permacole du parc ; une cuisine pédagogique ; et une salle polyvalente qui pourra être louée pour y organiser des conférences ou des formations.
Il est également à noter que la rue Charles-Péguy sera rouverte à la circulation, dans les deux sens entre l'avenue des Canadiens et la cité Verlaine, et à sens unique depuis cette dernière jusqu'à la rue du Madrillet.

Picto commentaire ajouter un commentaire

Picto rss s'abonner à ce fil RSS