À la une | 24/05/2019

Le conseil donne un «avis avec remarques» au PLUi de la Métropole

Un conseil municipal supplémentaire a été convoqué hier jeudi 23 mai afin de donner un avis au Plan local pour l'habitat (PLH) et au Plan local d'urbanisme intercommunal (PLUi) élaborés par la Métropole Rouen Normandie.

Les élus stéphanais ont d'abord voté à l'unanimité le PLH qui dès fin 2019 encadrera pour les six prochaines années la construction de logements sur la commune.
Le maire-adjoint à l'urbanisme, Pascal Le Cousin, a toutefois fait remarquer que la Ville resterait extrêmement vigilante à ce que la politique métropolitaine du logement s'appuie sur un « développement équilibré » :
« Nous n'acceptons pas que le cœur de Métropole et quelques communes satellites concentrent l'excellence. Qu'une ville comme la nôtre soit considérée comme une modeste ville de banlieue où l'on peut concentrer les populations les plus modestes et les emplois les moins valorisants. Nous refusons les ghettos de riches comme les ghettos de pauvres. »
L'élu a également insisté sur la nécessité de « poursuivre le chemin de la rénovation urbaine au Madrillet » et de continuer à créer des emplois et des entreprises sur le territoire, « afin de donner un avenir à la jeunesse. » :
« Dans cet esprit, nous souhaitons créer de nouvelles zones d'activités, avoir de l'ambition pour l'industrialisation. C'est aussi le maintien et le développement des services publics. »
Pascal Le Cousin a enfin rappelé que le projet de contournement Est restait un « point négatif » pour le logement et l'habitat à Saint-Étienne-du-Rouvray :
« Nous continuerons nos actions pour nous opposer au contournement Est en démontrant les points négatifs sur l'environnement, la qualité de l'air et le bruit. C'est une logique qui va l'encontre de la Cop 21 en favorisant le tout-camion au détriment de transports plus propres comme le train ou le cabotage. »
718 logements devraient être construits d'ici 2026, ce qui devrait repousser, selon le maire-adjoint, l'objectif des 35 000 habitants « au-delà de 2030 ».
Le conseil s'est ensuite prononcé sur le PLUi.
Sur ce second projet, les élus ont unanimement exprimé « un avis favorable avec remarques ».
Pascal Le Cousin a tout d'abord noté que la Métropole avait pris en compte de nombreux objectifs stéphanais dans ce PLUi.
L'élu a ensuite attiré l'attention sur le fait que « deux points ont attiré notre attention négativement : la faiblesse des transports en commun et l'impact négatif du contournement Est. »
Les questions du stationnement, des transports en commun insuffisants et le développement des zones d'activités Seine sud et de la Vente Olivier ont quant à elles fait l'objet de « demandes de remarque ou d'ajustement du PLUi ».
Mais c'est encore autour du projet de contournement Est que le débat du PLUi s'est cristallisé :
« Nous confirmons notre opposition au contournement Est par une remarque. Les impacts pour l'environnement, la qualité de l'air et l'augmentation du bruit sont extrêmement négatifs […]. Nous ne notons aucun acte fort dans le PLUi qui agit pour en limiter les effets négatifs. »
Pour le groupe des Élu.e.s socialistes écologistes pour le rassemblement, Léa Pawelski a confirmé son soutien aux initiatives de la Ville pour davantage de solidarité, rappelant le rôle important de l'intercommunalité dans ce domaine :
« L'échelle intercommunale doit lutter contre la dynamique de paupérisation et contre les ghettos de riches et les ghettos de pauvres. »
La maire-adjointe a également rappelé la nécessité d'associer la question de l'environnement au cœur des politiques urbaines :
« Une ville solidaire ne va pas sans être une ville durable. »
Pour le groupe des Élu.e.s vraiment à gauche, soutenus par le NPA, Philippe Brière et Noura Hamiche ont eux aussi exprimé leur opposition au projet de contournement Est :
« Le contournement Est portera atteinte à l'intégrité des ressources en eau. Les pollutions durables de l'eau sont à craindre. Nous demandons que nos remarques contre le contournement Est et en faveur de la préservation de la ressource en eau soient prises en compte dans le PLUi ».
Noura Hamiche a quant à elle attiré l'attention sur la nécessité d'un développement économique qui soit vertueux sur le plan écologique :
« Nous devons vérifier que chaque entreprise qui s'implante sur le territoire soit 100% neutre sur le plan carbone. Développer l'emploi et l'entreprise n'est pas un souci mais il va falloir changer nos habitudes de vie. Tout ça doit être également pris en compte. La jeunesse qui descend régulièrement dans la rue nous le rappelle. »
Le maire Joachim Moyse a conclu le débat en soulignant qu'il partageait « complètement les deux interventions » des groupes socialiste et NPA :
« Cela est clair. C'est bien à l'échelle intercommunale qu'il va falloir lutter contre les sectorisations liées aux revenus des personnes. Il y a des rééquilibrages de peuplement à faire avec une attention toute particulière aux populations stéphanaises les plus fragiles. Il faut continuer à poursuivre le développement des logement sociaux tout en rendant la ville plus attractive en développement du logement privé pour aboutir à la mixité au sein du même quartier. Je suis également d'accord pour poursuivre le développement des zones d'activités à vocation d'emploi et d'insertion. L'avenir de la jeunesse est pour nous une préoccupation majeure, c'est une chose fondamentale. »
Concernant le contournement Est, le maire a réaffirmé son opposition au projet :
« C'est une véritable préoccupation majeure car un contournement Est aurait un impact durable sur notre terrioire avec des nuisances sanitaires considérables. Comptez sur moi pour continuer à lutter contre ce projet. Nous allons porter le dossier devant le conseil d'État afin de casser la décision d'utilité publique. »
Le conseil a voté un « avis favorable avec remarques » à l'unanimité.
En fin de conseil, David Fontaine, pour le groupe Génération.s SER, a rendu un hommage à Sonia Buquet, la directrice de l'école Curie 1 décédée brutalement le 4 mai. Le maire-adjoint aux affaires scolaires a lu la lettre de Jean Jaurès aux instituteurs écrite en 1888.
Le texte de Jean Jaurès se conclut ainsi :
« Je dis donc aux maîtres pour me résumer : lorsque d’une part vous aurez appris aux enfants à lire à fond, et lorsque, d’autre part, en quelques causeries familières et graves, vous leur aurez parlé des grandes choses qui intéressent la pensée et la conscience humaine, vous aurez fait sans peine en quelques années œuvre complète d’éducateurs. Dans chaque intelligence il y aura un sommet, et, ce jour-là, bien des choses changeront. »

Picto commentaire ajouter un commentaire

Picto rss s'abonner à ce fil RSS