À la une | 7/06/2010

Aire de fête : un jour sans

Juste un jour. Aire de fête a battu son plein samedi sous un chaud soleil. L'orage au matin du dimanche a fait annuler la suite des festivités prévues pour la suite du week end. Dommage.

La météo fut bien injuste, on reste sur sa faim, car samedi nous avait mis en appétit. Tout avait commencé tôt le matin, les exposants de foire à tout étaient vite débordés par les visiteurs venus chiner sous les arbres du parc Henri-Barbusse. Les espaces de jeux accueillaient les premiers enfants, les associations se dépêchaient de produite barbes à papa et gaufres pour les premiers affamés. L'après-midi, le soleil tapait dur et les scènes s'animaient. De gym acrobatique en Pépites de chocolat, de tango en Ballet breton, la scène danse n'a pas désempli devant un public désormais fidèle et toujours passionné. Sous le kiosque, Cherry Boop fut une belle découverte : robe charleston, ambiance « Coton club », servie par d'excellents musiciens, elle a remporté tous les suffrages. Les Zyrgomatik expérimentaient la musique électronique à l'ancienne pendant que les Fev, femmes en voyage, cherchaient l'âme sœur et les oreilles complices. Entre deux séances de maquillage, deux assiettes exotiques, deux spectacles de clowns, la pétition pour la défense des retraites par répartition a eu aussi du succès au stand des élus. La fête n'empêche pas le débat et la défense des droits. Le soleil était chaud, les haltes sous les arbres ou sous les stands associatifs étaient recherchées par les visiteurs.
Après un dernier tour du petit train qui assurait la liaison vers le Madrillet, après une dernière file d'attente au restaurant, place à la fête du soir, brillamment lancée par Zikatatane, dont la vitalité musicale a remué bien des pieds et des cœurs au rythme du ska. KKC orchestra a pris le relais, avec une musique plus abstraite mais tout aussi brillante, mélange de rap et de swing électro qui a emporté le public jusqu'au bout de la nuit.
Le lendemain, l'orage qui abime les alimentations électriques, la pluie qui mouille les pelouses et les scènes, la météo plutôt pessimiste... conduit les organisateurs, la mort dans l'âme, à annuler les festivités prévues le dimanche et à fermer le parc. Quelle déception ! D'autant que le soleil contre toute prévision revint dans l'après midi. Il faudrait réserver le soleil pour l'année prochaine, pour voir enfin le clown Lee et écouter Liane Edwards.

> En diaporama : les images de la fête

Réactions

Par pierre simono | 09 juin 2010 à 17:21

s'il fallait que les fêtes populaires soient chaque fois annulées par un orage ponctuel et matinal ...quel dommage que les dits organisateurs n'aient pas pris la mesure de l'engagement financier des contribuables stéphanais qui les rémunèrent et paient les frais d'organisation, le personnel et les cachets et se soient réfugiès derrière une principe de précaution qui dès la matinée et plus encore l'après midi a été balayé par un beau soleil

Par Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray webmaster | 10 juin 2010 à 13:55

Les organisateurs de la manifestation prennent toute la mesure de l'engagement financier et de leur responsabilité. Fortement investis depuis plusieurs mois, comme chaque année, pour la réussite de cette belle manifestation, ils ont pris leur décision la mort dans l'âme sur la foi des informations météo transmises dimanche 6 juin à 7 heures. À ce moment précis : il était annoncé la suite de violents orages jusqu'à 15 heures, au moins. Évidemment, après coup, le soleil revenu, cette décision peut sembler difficile à comprendre. Mais elle ne peut être appréciée qu'au regard des informations dont la Ville disposait au moment de la prise de décision. Qu'aurait-on dit et écrit si la fête avait continué sous une météo peu clémente et mis en danger le public ?

Picto commentaire ajouter un commentaire

Picto rss s'abonner à ce fil RSS