Ressources
Clip audios
  • École Paul-Langevin: l'enseignante Khadija Hany présente le projet de court métrage d'animation
  • Le réalisateur Rénald Magnier, intervenant artistique sur le court métrage

Un film, toute une histoire

Une classe de CM1 et CM2 de l'école Paul-Langevin présentera un court-métrage d'animation, dans le cadre du Festival international des Très courts organisé à l'espace Georges-Déziré du 2 au 4 mai. Le Stéphanais retrace les grandes étapes de cette aventure.


La classe au travail

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Épisode 1: naissance d'un scénario.

« Depuis la nuit des temps, on raconte des histoires, c'est essentiel pour qu'on se construise. C'est simple, dans la vie, il y a trois choses dont on ne peut pas se passer : dormir, manger/boire et qu'on nous dise des histoires », assure le scénariste et réalisateur Rénald Magnier lors de sa première venue dans la classe de CM1 et CM2 de Khadidja Hany. L'intervenant sera au côté de la classe durant une dizaine d'heures pour lui apporter de précieux conseils.

Cette rencontre est l'occasion pour les 18 élèves et leur enseignante de partager avec le professionnel de l'image leur réflexion sur le court-métrage d'animation qu'ils projettent de réaliser et même de présenter au cours du Festival international des Très courts, programmé en mai à l'espace Georges-Déziré. Entre les familles, le festival stéphanais et une projection prévue à Oissel, les élèves se rendent compte soudain qu'au moins un millier de spectateurs devraient voir leur création. « Ouaaahh !!! C'est énorme… », lâchent quelques élèves, le sourire jusqu'aux oreilles.

 

« Pour faire un bon film, il faut trois choses disait l'acteur Jean Gabin, une bonne histoire, une bonne histoire et enfin une bonne histoire, prévient d'entrée de jeu, Rénald Magnier. Nous allons donc travailler sur la structure narrative de votre projet. »

Les enfants s'emploient à raconter le film qu'ils ont dans la tête depuis plusieurs semaines déjà. Il reste quelques détails à régler mais l'idée est là dans les grandes lignes. « C'est l'histoire d'une hirondelle qui va annoncer le printemps en organisant un concert et ainsi chasser la grisaille de l'hiver, mais un nuage empêche le soleil de percer », résume Shaïma. Plusieurs exercices ludiques vont permettre d'étoffer le scénario en y ajoutant des personnages perturbateurs.

Viendra ensuite le temps du dessin de chaque élément du film, puis la prise de vue de la vingtaine d'images par seconde nécessaires à l'animation. Parallèlement, les élèves vont travailler à la création de la musique originale de leur court-métrage. Un autre challenge pour la classe. Mais c'est une autre histoire…